AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  
Lien du forum des Pasouvenla : par ici !
/!/ IMPORTANT : Plus d'informations sur la fermeture de Poison Prince : par ici !

Partagez | .
 

 Bon j'avais creer un RP je vais vous le montrer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Leroxx-hida


Nombre de messages : 11
Classe : Iop
Métier(s) : Bijoutier 10 et mineur 20
Niveau : 62
Date d'inscription : 05/11/2010

MessageSujet: Bon j'avais creer un RP je vais vous le montrer   Ven 5 Nov - 20:06

Les races vivantes sont empreinte d'une volonté propre, immuable, et surtout, logique. La survie. Elle s'exprime par des actes, des paroles, des fait et gestes. C'est un ensemble symbiotique causé par la peur de mourir, chose qu'on ne peut changer. Car la Mort, la dame noire, viendra toujours vous trouver. De sa grande Faux, elle vous emportera, pour aller siéger, dignement ou dans la honte, aux cotés des défunts, dans les cimetières de Bonta, de Brakmar, ou dans un vulgaire trou aménagé a votre effet, jusqu'au plus profond des marécages, la ou les croco sont seul a vivre.
La mort et l'envie de vivre, ou plutôt de survivre, pour y échapper le plus longtemps possible. A moins que...a moins que l'immortalité ne soit pas un rêve. Mais au final, est ce beau de voir le chainon de la vie des autres, sous vos yeux, se déroulé, inlassablement, en vous oubliant vous, comme un fantôme du passé?
Cette histoire est celle d'un être qui a tout perdu, y compris le droit de succomber, obligé d'errer sans fin, au travers et avec le sang...l'histoire de dent-Noire, l'Immortel Nocturne.

Mais tout n'a pas commencé dans les larmes de la guerre. Non. Il y a bien longtemps, bien avant que l'île de Frigost soit découvert par les aventuriers du monde des Douze, bien avant les deux guerres...bien avant. Oui, c'était il y a très, très longtemps. Dans le village d'Amakna, non loin de la ferme a Shika, vivait une famille, elle aussi paysan. Les Jousse. Composé par le Pére, Alm, sa femme, Niisa, et ses trois fils, Gaor, Fabel et Ionis, vivait de l'agriculture, entre l'élevage de bouftou et la culture de champs d'avoine et malt. L'exploitation, sur plusieurs hectares, fonctionnait bien, et le couple ainsi que les enfants de manquait de rien. Mais le père commençait a vieillir, et il fut heureux de la jeunesse vigoureuse de ses fils pour l'aider aux tâches. Agé de plus de cinquante ans, le pauvre Féca et sa compagne, une disciple de Iiop, vivait des jours heureux. Gaor et Fabel, les deux ainés, étaient plein d'entrain et souhaitait reprendre, pour leur compte, l'héritage de la ferme. Mais Ionis était diffèrent. Le sang de Iiopette était bien présent en lui. Certes, il aidait sans failles ses frères, mais il savait que ceci, toute cette isolation campagnarde, ce n'était pas sa vie. Il le savait depuis qu'il avait vu une milice passé. De son âge, encore douze ans, il ne comprenait pas l'activité de ces gens, lui qui était habitué a la fourche et aux bétails, il voyait pour sa première fois une troupes armées et monté sur de fiers DragoDindes. Il alla quérir alors son paternel, savoir qui étaient t'ils:

-Papa? Papa, youhou?
-Je suis la, Ionis, répondit son père, reposant sa pioche alors qu'il creusait avec ses deux autres fils un trou d'irrigation pour les bouftou. Qui a t'il? Qu'a tu donc vu pour avoir tant d'entrain et d'aussi gros yeux?
-Surement un milimulou...sur une affiche dessiné par Gadal, dit Gaor
Gadal était un vieillard du village, qui dessinait énormément, surtout les animaux, et était un proche de la famille.
-Ou peut être une de ces plantes sauvages a pattes. Très dangereux! ajouta Fabel, en se moquant.
-Mais non, c'est pas vrai!
-Ne t'occupe pas d'eux, Ionis, dit moi tout, dit Alm, en demandant a ses fils d'arrêter.
-Et bien, j'ai vu des gens, las bas, vers le chemin qui mène au château. Ils étaient grand, sur des dragons, et tous en armure ou je ne sais quoi, la même que tu as dans le grenier Papa!
-Aaaaah...je voit, je voit. Des miliciens. Oui, autrefois, dans le temps, je fut aussi un des leurs. Mais, je n'ai plus l'âge, rigola le père. De toute façon, après avoir rencontré ta mère, j'ai demandé a arrêté, pour pouvoir venir ici, trouvé un nouveau berceau et recommencé ma vie, avec elle, et , avec vous.

Le jeune garçon ne demanda pas plus a son père. Des miliciens. En fait, il en avait entendu parler. Des guerriers au service du peuple, qui font régner l'ordre. Des guerriers...cette pensée faisait frémir d'envie le petit. Oui, c'était décidé, plus tard il serait milicien!

L'année d'après, pour son treizième anniversaire, il reçut de son père sa propre armure. Ensemble, il la rénovèrent. Ses frères l'aidèrent a se muscler et combattre un peu, car eux non plus n'étaient pas contre l'idée. Ils savaient que Ionis était prédestiné a cette vocation. Pour son quatorzième anniversaire, il reçut une très jolie épée, qu'on appelé du "Chevalier", pour sa jolie garde où le sceau d'Amakna trônait fièrement, le même qui orne celles des miliciens.
Au fil du temps il s'agerrisait, grandissait. Âgé de plus de seize ans, il s'apretait bientôt a faire sa rentrée dans la garde, en jeune soldat. Mais un terrible drame changea tout...tout jusqu'au dernier souffle de son être.
De terrible bandit, venu du nord d'Astrub, venaient d'arriver dans le coin. Ils installèrent un campement non loin. Puis les problème arrivèrent. Vol de plantation, puis de bétail. Et petit a petit, un climat de crainte sévit sur la petite région. Les voyou, en nombre et bien armés faisait crainte quiconque de reparti violente si quelqu'un osait se rebeller. Alors les fermiers et habitant obéissait, dans la peur. Ionis n'osait rien faire, lui aussi avait crainte pour sa vie, et surtout pour sa famille, son vieux père étant presque alité, et son frère Gaor qui venait d'avoir sa petite fille, Lisa. Alors il eut une idée: "Je vais aller voir discrètement les miliciens. Eux seuls pourront nous aider, ils chasseront ces bandits, et l'ordre reviendra. La justice triomphera!" pensa t'il dans sa tête. Il entreprit donc un voyage, prétextant aller chercher une ressource documentaire a la bibliothèque, situé non loin de la garde. Il trouva les soldats, leur expliqua la situation. Ces derniers décidèrent qu'ils fallait effectivement agir. Ils descendirent au sud, vers le campement. Ils raccompagnèrent Ionis devant chez lui, puis se fit prier de ne pas sortir, en attendant que tout se passe.
Mais le jeune Iiop était une tête brulés. Il les suivit dans l'ombre. Les miliciens arrivèrent sur les lieux de vie de la douzaine de malfrat, dans une petite foret verte. Un feu crépitait encore, tandis que certain, tel le sacrieur allongé vers l'arbuste ou ce sram, penché vers le feu, comptait de l'argent. D'autre étaient assis et joué aux cartes. L'arrivé des soldats les surprirent, mais aucun de sortit d'armes, ils restèrent calme. Et la, Ionis regretta a tout jamais son acte. Il vit les soldats discuté avec les bandit, et pire, les entendirent:

-Alors comme ca , on met trop d'ambiance dans le coin? dit un des milicien.
Le chef des bandits, plus grand que les autres, se leva, et fit face.
-Non. Regardez, nous avons ceci, mais ne savons pas trop quoi en faire. Il pointa son doigt vers un coffre, ouvert, et laissa apparaitre énormément de kamas, la monnaie commune. Disons que...il se gratta la barbichette naissante, si vous trouver par hasard ce coffre, vous ne nous avez pas vu. Et imaginons, que prit par l'envie d'en savoir plus, vous viendriez chaque mois ici, des fois qu'un peu d'or soit a nouveau perdu, et...comble du miracle! il mima l'étonnement, Vous trouviez encore des précieuses ressources...Qu'en dites vous?
-Est ce de la corruption?
-Non, bien sur, je n'oserai pas. Mais, vous savez, plusieurs de mes hommes viennent de chez vous. J'ai connaissance de ce combien vous gagnez, et je pense que toi, avec tes soldats, ne seriez pas contre un rendu plus...important. Que sont les petits soucis de quelque paysan face a votre bien être, capitaine?
-Chef! un des soldats s'approcha du capitaine. Chef, j'ai une famille a nourrir, et ma femme est malade. Je commence a avoir des problèmes pour vivre dans le confort. J'ai toujours, moi, mais aussi mes camarades, ici tous présent, servis en votre nom, pour le peuple, pour Amakna. Nous n'avons jamais été réellement remercié...Ça ne serait que partie rendu. Chef...accepté, je vous en conjure.
Le capitaine se retourna, et vu tout ses hommes avec un sourire, lui dirent "oui" de la tête.
-Et bien, certes bandit. Nous avons surement trouvé ce coffre. Mais personne autour...nous reviendrons donc bientôt vérifier si aucune vie n'est dans le coin.
-C'est une excellente idée, capitaine, lui conseilla le bandit. Bien évidemment, n'ayez crainte, il y a toujours des pièces perdues sur le sol, dans les environs.
-J'espère bien oui. Sur ce, je dois aller vaquer a d'autre mission. Adieu...bandit.
Le capitaine commença a faire marche arrière, quand le bandit l'interpela:
-Attendez, une derniere chose. Qu'est ce qui vous as subitement attiré ici?
Le milicien hésita. Puis, il se vit proposer une offre alléchante: un superbe gelano, un anneau très rare, et, dit t'on, capable d'offrir une bien grande puissance a son porteur. L'objet magique attira plus que de raison le capitaine, qui, sans rechigner, avoua:
-Un jeune, non loin d'ici, nous as révélé votre présence et vos troubles.
-Oh...je voit...et...où habite t'il? J'aimerais m'entretenir avec lui. Que vous ne vous déplaciez plus inutilement, comprenez...
-Il doit loger encore chez ses parents. Bonis, ou quelque chose ainsi. A environ deux cent mètres, dans cette direction. Il pointa le bras vers la maison de Ionis, ce dernier qui mis ses mains sur la bouche, effaré.
-Merci bien, capitaine. Adieu, donc...
-Oui, adieu.

Et les soldats repartirent. Ionis entendit une autre bride de discussion des bandits, entre eux, qui se préparer a aller attaquer sa ferme. Il courut en vers chez lui, mais il fit craquer une branche d'arbre. Immédiatement, un bandit l'intercepta et l'emmena vers son chef.

-Surement le jeune en question. Parfait. Attacher le ici.
-Ne faites pas de mal a mes parents! Ou vous allez le regretter, je...
-Tu quoi? Tu rien du tout, tu vas la fermer. Je déteste les morveux dans ton genre. D'ailleurs...

Il ne finit pas sa phrase. Il saisit sa dague, et l'enfonça dans le ventre de Ionis. Un faisceau de sang apparut, et le jeune garçon cracha un mélange de sang, de bave de larme et de vomi, sous l'effet du choc et de la souffrance. Il tenta de se mettre les mains sur le ventre, mais elles étaient solidement maintenu a l'arbre. Il déglutit et une nouvelle gerbe de sang sortit de sa bouche, laissant coulé un autre ruisseau de sang de son abdomen. Les bandits partirent ensuite... en direction de sa maison...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ifreann

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1575
Age : 23
Classe : Fécafatagueule.
Métier(s) : Corijeuz de fote
Niveau : 666
Date d'inscription : 03/02/2007

MessageSujet: Re: Bon j'avais creer un RP je vais vous le montrer   Ven 5 Nov - 21:08

[HRP] Je me suis permise de déplacer ton sujet dans la bonne partie ^^. [/HRP]

_________________

Le Chant des Mutsous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leroxx-hida


Nombre de messages : 11
Classe : Iop
Métier(s) : Bijoutier 10 et mineur 20
Niveau : 62
Date d'inscription : 05/11/2010

MessageSujet: Re: Bon j'avais creer un RP je vais vous le montrer   Ven 5 Nov - 21:11

Okay^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Bon j'avais creer un RP je vais vous le montrer   

Revenir en haut Aller en bas
 

Bon j'avais creer un RP je vais vous le montrer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Je vais vous quitter
» Présentation de mon panda level 107 =D
» Démoniste cherche âmes à corrompre - Guildé
» vos réplique de film préféré
» Le blabla du Modeling

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poison Prince :: Guilde sur Raval - DOFUS :: • Salon Public :: ♦ Archives-