AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  
Lien du forum des Pasouvenla : par ici !
/!/ IMPORTANT : Plus d'informations sur la fermeture de Poison Prince : par ici !

Partagez | .
 

 Fire : la chute

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lerig

avatar

Masculin
Nombre de messages : 807
Age : 23
Classe : Ch'est mal
Métier(s) : Te clash
Niveau : 0,3
Date d'inscription : 28/01/2012

MessageSujet: Fire : la chute   Jeu 16 Fév - 14:46

. Salut les noubes ! ...Quoi? Vous voulez que j''vous montre ma b raconte une histoire? Vous me prenez pour Père Castor ?!
Bon....vous ais-je raconté la fois où j'ai piqué le complet cuir et les talons aiguille de Kae' pour défiler devant le poste de Gendarmerie ? hum bon je vous la raconterai plus tard....

Pour cette fois on va parler de Jc.. Oui celui grâce à qui on dira en notre monde des Douze "nous sommes en [année lambda] après Jc" !Bawé !

Tout commence donc il y a bien longtemps longtemps longtemps *



*effet flashback

_________________________________________________________________________


Nous arrivons donc au 16 Jouillier 624 ! La taverne d'Astrub jouit d'un heureux évènement : en effet une jeune artiste Feca vient de donner la vie entre ses murs sous les yeux attendris du père Ecaflip, artiste de son état également, de Tek le Tavernier, d'un médecin Eniripsa et d'une sage-femme Iop (en ces temps là, la taverne était pourvue d'une chambre, avant que celle-ci ne soit remplacée par un cabinet).

Vous vous doutez bien que les heureux parents ne l'ont pas appelé "Jc" comme on l'appelle couramment de nos jours ! Sa mère décide d'appeler ce fils -car le médecin aurait un peu aidé la sage femme à dire qu'il s'agissait d'un garçon- Fire.


Ce mot signifie "Feu"dans une langue aujourd'hui morte des Landes de Sidimote (du moins c'est ce que disent les archives d'Amakna..) . Pourquoi un tel nom me direz vous? Tour simplement par le tempérament de feu que ses parents lui auraient décelé dès ses premières secondes en ce monde (la rumeur veut qu'en l'extirpant du ventre maternel, la sage femme Iop se soit moquée de la grosse tete du nourrisson qui peinait à sortir. Le petit Fire, avant même d'avoir poussé son premier cri, se serait soulagé sur le visage de la malheureuse !)


Tout celà pour vous expliquer le caractère déjà bien trempé du crâ dès ses premiers jours.


Il y a peu à dire sur ses plus jeunes années, si ce n'est qu'il grandit en se déplaçant de village en village, avec ses artistes de parents et leur petite troupe de saltimbanques à dos de Dragodinde .
Quand ils ne trouvaient pas d'auberge ou de taverne ayant suffisament de place à leur offrir, ils établissaient un camp hors du village ou de la cité .

Tous étaient formés au combat pour dissuader les éventuels brigands de passage (sauf les plus jeunes comme Fire, bien sur !) ... le petit garçon rencontre entretemps une fillette d'un âge proche du sien nommée Lovely-Time lors d'un passage à Sufokia, ville natale de sa mère .


En 631, suivant le conseil d'un garçon comme lui, le petit Fire décide de commencer à faire du sport, en l'occurence le Boufbowl, "car ça plait aux filles" d'après son "camarade" .
Il réunit alors une poignée de petits Astrubiens pour monter une équipe (qui finalement dure jusqu'en 638 et s'aventure
plutôt loin.....mais ça c'est une autre histoire!)


Nous arrivons donc en l'An 638 qui marque l'un des points les plus importants de la vie du crâ : en effet, déséspéré de voir une passion désormais impossible avec Kusa, la mère de Fire, un Crâ -à qui le père avait déjà eu affaire à la taverne et l'avait blessé à la main pour défendre la belle Feca- l'assassine d'une flèche dans le coeur et la contemple longtemps...

jusqu'à ce que les cris déséspérés du jeune Fire le "réveillent".

Ne voulant laisser aucun témoin de son acte de désespoir, l'homme se voit dans l'obligation d'éliminer le jeune fils de presque quatorze ans à son tour. Fire, dans un esprit semblable à l'instinct de survie animal, saisit la dague à la ceinture de sa mère et la lance vers l'homme, l'atteignant à l'oeil et le mettant alors en fuite.

A son retour, découvrant la scène, le père n'a qu'un désir: se réveiller de ce cauchemard pourtant bien réel ...



Le lendemain, une silhouette encapuchonnée vêtue d'atours typiques des nobles de la cour d'Amakna frappe à la porte de la famille endeuillée . Après avoir présenté longuement ses condoléances au père, il parvient à détourner le sujet vers le fils, élogiant son allure et ses atouts physiques, pour finalement le réclamer au nom du droit de conscription dont la noblesse jouit: le jeune crâ est alors obligé de le suivre et quitte son pauvre père, désormais fou et seul.


L'inconnu se montre très aimable et serviable avec le jeune garçon et lui explique en chemin, qu'en dehors d'Astrub, le monde des Douze est un ensemble de terres plus meurtrières les unes que les autres, depuis des siècles le terrain de chasse des Bontariens, Brakmariens, Mercenaires, Bandits, Roublards, ect....bref un pays où seuls les forts subsistent.


Le but de leur voyage est le Kanojedo du nord du village Amakna. Là un homme en armure les attends. Il somme l'accompagnateur de Fire de se retirer. Ce dernier s'exêcute. Cet homme en armure montre à Fire de jeunes garçons s'entrainant très dur sur les poutchs avec un automatisme digne des wobots, en lui disant qu'il deviendra bientôt comme eux ...


Il l'emmene dans une somptueuse maison et se présente comme Haut Dignitaire de la cour, chargé de recruter de jeunes garçons pour en faire des hommes, et lui tend un parchemin qu'il lui fait signer. A peine celui-ci a-t-il laché sa plume que deux gros bras le ceinturent. L'un d'eux est armé d'un fer rouge en forme des lettres "J" et "C" qu'il lui presse dans le dos, tandis que l'autre d'une main énorme sur sa bouche l'empêche de crier.


Désormais le jeune garçon n'est plus autorisé à porter un nom. Il s'appelle désormais "Jc" comme les lettres marquées dans son dos, tout comme les autres garçons ayant déjà subi le même traitement ou y étant prochainement amenés (le but étant d'en réunir 576: le premier recruté porte les lettre "AA" et le dernier portera les lettres "ZZ").

En quelques mots c'est pour le jeune Fire un calvaire qui ne fait que commencer ....







Dernière édition par Jc-fire le Mer 5 Déc - 17:56, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shayme

avatar

Masculin
Nombre de messages : 121
Classe : Disciple de Sacrieur
Métier(s) : Maitre Paysan et Boulanger, Chasseur (97)
Niveau : 189
Date d'inscription : 29/04/2011

MessageSujet: Re: Fire : la chute   Jeu 16 Fév - 14:51

(une suite ! )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lerig

avatar

Masculin
Nombre de messages : 807
Age : 23
Classe : Ch'est mal
Métier(s) : Te clash
Niveau : 0,3
Date d'inscription : 28/01/2012

MessageSujet: vide   Mer 14 Mar - 18:34

[Acherpay] Petit ajout de couleurs pour vous niker les yeux le discours direct ça aide :p [Apuacherpay]

26 aperirel 639.

Un laboratoire clandestin quelque part dans les sous sols entre Astrub et Amakna .


Où en êtes vous professeur?

Nous allons pouvoir procéder au moment de vérité... le test sur l'humain.. mais il me faut un de vos sujets!

C'est censé lui faire quoi?

_Voyez vous même !


L'Eniripsa en blouse blanche amène son interlocuteur devant une cage dans laquelle sont enfermées deux souris grises, l'une robuste et l'autre fluette.

Prenons la plus faible ...

Il la met alors sur un socle qu'il recouvre d'une cloche de verre munie d'un petit orifice en son sommet dans lequel il glisse un tuyau relié à un grand alambic en acier renforcé placé sur un réchaud.


Il y a quoi là dedans?

Des années de recherche....recherches qui, jugées dangereuses par la couronne, me firent me voir chassé de mon laboratoire avec interdiction définitive d'exercer...moi leur meilleur chercheur, ayant assisté à toutes les conférences d'Otomaï... mais cette humiliation va bientôt prendre fin !

Ce liquide est un mélange unique en son genre. Il contient le sang d'un puissant démon jadis terrassé par les soldats royaux. J'ai pu en récupérer trois bons litres sur le cadavre avant qu'ils ne le détuisent intégralement. Et l'intéret n'était pas des moindres: ce sang est encore gorgé de son énergie maléfique.
Dès que je le ferai chauffer, il s'évaporera, et la souris inhalera les vapeurs.


Pourquoi ne pas l'injecter directement avec une piqure?

Affichant un sourire mauvais J'ai essayé, et ma précédente souris est morte en trois minutes !

L'Eniripsa s'empare alors d'un soufflet et ravive les braises sous l'Alambic. Après une dizaine de minutes, un gaz violacé sort du tuyau et commence à envahir la cloche dans laquelle est enfermée la souris !

Que va-t-il lui arriver?

Ca va être bon ...

Il éteint alors le feu, soulève la cloche de laquelle s'échappe les dernières fumées et découvre la souris grise inanimée. Il la saisit alors et s'empresse de la remettre dans la cage aux côtés de sa robuste camarade.

Elle ne va pas tarder à revenir à elle...c'est l'instant crucial..

Il recouvre alors la cage d'un drap. Lorsqu'il soulève celui-ci cinq minutes plus tard, il n'y a plus qu'une souris tronant sur un tas de petits ossements.
La frêle souris, sous l'effet des gaz, a littéralement dévoré sa compagne d'une corpulence deux fois supérieure à la sienne, et fixe le scientifique de deux yeux , non pas blancs à l'habituel des souris, mais écarlates !

Incroyable! Un gaz parasite qui amplifie les caractéristiques de son hôte !

Oui en particulier..l'agressivité !Faites très attention de ne pas le respirer. Cette énergie démoniaque agit de manière définitive sur le système nerveux... autrement dis les effets sont permanents !J'ai hâte de le tester sur un de vos disciples..

Je crois avoir celui qu'il vous faut!

Le scientifique voit alors son interlocuteur s'absenter, puis revenir avec un jeune garçon aux allures de crâ ....



Dernière édition par Jc-fire le Mer 5 Déc - 18:15, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lerig

avatar

Masculin
Nombre de messages : 807
Age : 23
Classe : Ch'est mal
Métier(s) : Te clash
Niveau : 0,3
Date d'inscription : 28/01/2012

MessageSujet: Re: Fire : la chute   Mar 1 Mai - 14:45


Le crâ git pieds et mains liés sous une grande cloche de verre avec un tuyau en son sommet relié à un alambic sur un feu alimenté par le scientifique Eniripsa.

Pourquoi l'avoir choisi lui ?

Il est très doué pour se battre contre des poutchs, mais il est bien trop gentil...surtout que ce ne seront bientôt plus des poutchs qu'il devra tuer. L'autre soir je l'ai vu sortir en douce pour offrir un bouquet à une jeune Amaknéenne.

Ces sorties étant interdites par nos codes, il doit être sévèrement puni. Faites-en ce que bon vous semblera.


Vous vous rendez bien compte qu'il peut s'avérer...difficile de le contrôler une fois les gaz répandus dans son système nerveux...

Ne vous en faites pas pour ça !

L'homme claque dans ses doigts et une dizaine de robustes gardes iop font irruption dans le
laboratoire. l' Eniripsa ravive alors les flammes et le Gaz commence à pénétrer dans la cloche où est confiné le crâ criant vainement ses suppliques, jusqu'à disparaitre complètement dans les fumées mauves...


Dix minutes plus tard, des grognements se font entendre à l'intérieur de la cloche. A travers la fumée, l'homme voit
alors le crâ ligoté pris de violentes convulsions, le regard vitreux .


Heu...c'est normal ça ?

Attendez encore un peu...

Soudain, le crâ cesse de se tortiller et s'écroule !

Imbecile vous y avez été trop fort! C'est malin il est mort! Arretez tout !*Interpellant un de ses gardes Vas le
chercher !


Des que l'Eniripsa a éteint les flammes, le garde s'exécute alors. Il soulève la cloche de verre, laissant les dernières fumées se dissiper. Lorsqu'il s'apprête à ramasser le corps du crâ, ce dernier ouvre brusquement deux yeux flamboyants! Il brise alors ses liens avec une incroyable facilité, saisit le garde au cou et le jette sur une table jonchée de fioles et éprouvettes de verre, provoquant un fracas assourdissant !

Le scientifique Eniripsa tombe alors à genoux, bouche bée.

J'ai réussi...

Au lieu de vous reposer bêtement sur vos lauriers, aidez moi à le maîtriser ! Injectez lui un de vos machins ! Faites quelque chose ou il va massacrer mes hommes !

.

_________________


Dernière édition par Jc-fire le Mer 5 Déc - 18:25, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lerig

avatar

Masculin
Nombre de messages : 807
Age : 23
Classe : Ch'est mal
Métier(s) : Te clash
Niveau : 0,3
Date d'inscription : 28/01/2012

MessageSujet: Re: Fire : la chute   Mer 5 Sep - 23:47



Jour d'orage sur la grande cité de Brakmar ,alors couverte d'une chappe de vapeur brouillardeuse provoquée par la pluie s'evaporant au contact de la lave en fusion remplissant les douves , empechant un iop de voir au delà du bout de son nez inexistant !

Or, si la plupart des habitants ont eu la sensation de sortir de la cuisse de Brumaire en franchissant la porte de leur maison, il y a une ombre qui, elle, s'est laissée surprendre par le courroux des Douze, et qui malgré la cécité que lui cause la brume s'obstine à déambuler dans les rues Brakmariennes !

Et cette ombre nous la connaissons bien puisqu'elle n'est autre que Fire, mécontent d'avoir aussi mal choisi la date de son séjour à Brakmar ! Et comme un malheur n'arrive jamais seul , à son dernier pas, le crâ sent le sol se dérober sous ses pieds puis atterit dans des eaux aussi putrides que tumultueuses, avec un rictus de dégout : N'ayant pu repérer l'entrée des égouts inondés, il n'a pas mis le doigt, mais plutot le pied dessus !

Se débattant dans le torrent vicié qui l'entraîne , le crâ sent ses forces l'abandonner à chaque brasse qui ne font que l'épuiser un peu plus , jusqu'à ce que l'odeur insupportable des gaz toxiques émanant des lieux lui fasse enfin perdre connaissance , son corps s'abîmant alors dans les eaux obscures et altérées des égouts de Brakmar ,et sa main serrant le médaillon autour de son cou...


L'orage s'est calmé depuis maintenant quelques heures ,la brûme se dissipe peu à peu , et la grande Cité finit par émerger des Ténèbres dans lesquels elle s'etait assoupie comme un jeune Shushu dans les bras de sa démone de mère ! Et la vie morbide de la cité reprend son cours : Les commerçants se remettent à crier pour vendre leurs babioles de plus belle ,tandis que les bandits , seigneurs des rues de la cité , agressent comme les infiltrés Bontariens tous les aventuriers faisant preuve d'une imprudence suffisante pour s'aventurer sur leur terrain de chasse .Enfin , sur la place marchande , un groupe de riches guerriers vêtus de tenues falbalas dont ils ont acheté l'inutilité au tailleur à prix d'or s'adonne à son occupation favorite: se congratuler d'être les maîtres du monde !

Mais maintenant revenons à ce qu'il se passe sous la ville :
Au milieu d' un immense labyrinthe d'égouts , sur l'une des rives,
est étendu le corps de Fire , inanimé et couvert d'immondices comme le reste de la plateforme émérgée, conséquence de l'inondation .

Le visage du crâ se crispe alors, ouvrant peu à peu les yeux, et tentant maladroitement de se relever . Se tenant enfin debout après nombre d'efforts, il commence alors à errer dans l'immense dédale de souterrains à la recherche d'une échelle vers la lumière .

Après une heure de marche, il arrive devant une porte de métal incrustée dans la paroi, avec au dessus un écriteau illisible avec à chaque bord deux objets métalliques qui devaient être autrefois des lanternes. Cependant Fire a l'etrange impression que cet endroit ne lui est pas inconnu . Il enfonce donc cette porte rouillée et pénètre dans une salle remplie de poussière et de toiles d'Arakne ,mais cette fois il en a la certitude: il est déjà venu ici !

A une extremité de la salle se trouve un bar reconnaissable du fait que le sol autour est jonché de bouteilles cassées , mais ce qui intrigue le plus le crâ est le style de la pièce, dont les murs sont couverts d'une tapisserie rouge foncé couverte de motifs blancs ,dorés et roses , le mobilier dont les ornements abusivement abondants evoquent celui prisé des maisons closes comme à Madrestam et enfin les tableaux aussi bien au mur qu'au sol ne représentant que des nues de toutes races !

Reconnaissant enfin l'endroit dans lequel il se trouve et s'est donc déjà trouvé par le passé, Fire monte un escalier au bout de la salle et débouche sur un couloir donnant accès à une dizaine de portes portant chacune un numéro ! Le crâ pénètre alors dans la numéro 7.

Il s'agit, comme toute les autres, d'une chambre d'un style similaire à celui de la pièce en bas, voire pire : des bougies rouge foncé dans de grandes chandelle sont disposées à chaque coin , et au centre trône un lit aux draps rose Ballotin sur lequel s'assied Fire malgré la poussière omni-présente, ouvrant son médaillon et le contemplant longtemps.........


28 Octolliard 639 ; Même zone des égouts de Brakmar

Huit petites ombres s'affairent à lester un sac semblant contenir un corps dans le but de le jeter à l'eau :

"Bon...mission accomplie. Vu le coin bien paumé où on est allé le plonger, ça m'étonnerait qu'on arrive à le retrouver de sitôt ! Au fait je me demande toujours pourquoi ils nous ont demandé de buter ce pauv' gars !"

_ Qu'est-ce que ça peut te foutre?

"Ben savoir pourquoi on a tué ce mec ! "

_Cherche pas...tu te poses trop de questions Fire ..* à l'assemblée composée des 6 autres protagonistes * Bon , les gars, je crois que notre ami a besoin de se changer les idées ! Et je connais un endroit idéal pour le faire ! Suivez-moi !

Le petit groupe parcourt alors le dédale d'égouts et leur chef aperçoit au loin deux feux roses

"C'est ici!"

_les lumières roses shigekax ce serait pas pour dire que c'est un truc comme à Madrestam?

"Bien vu! Je dirais même mieux qu'à Madrestam ! La dernière fois que je suis allé aux docks ils ne proposaient que des sacs d'os ridés ou remplis de cellulite à s'en faire péter les cuisses ! "

Les huit arrivent alors devant une porte métallique surmontée d'un écriteau où l'on peut lire "La petite Brakmar"

"Chef qu'est-ce que ce machin fait dans les égouts?"

_Va savoir ...généralement là dedans faut rester discrets quelle que soit la cité d'implantation , question de principes, et puis comme ils disent souvent ici, vivons heureux vivons couchés !

après que le chef de meute ait frappé à la porte , un judas s'ouvre , un oeil rouge les fixe , puis cette fois c'est la porte qui s'ouvre : un enorme cybwork se tient derrière la porte !

Les huit jeunes soldats franchissent ensuite deux lourdes tentures rouge foncé et se trouvent alors dans une grande salle aux boiseries et meubles lourdement ornés , tandis qu'une grosse dâme en costume roublard les interpelle depuis un Bar derrière lequel trônent tels des Miliciens d'élite des dizaines de bouteilles d'alcools frelatés .

Après un signe du Chef , elle frappe dans ses mains et huit filles descendent d'un escalier situé au fond de la salle , affichant chacune un sourire digne de celui d'un enutrof s'etant emparé d'un Dofus , sauf une crâette aux cheveux clairs vêtue de courts vêtements blancs affichant un faible rictus timide face aux huit clients remettant chacun à la grosse roublarde une bourse de kamas dont elle s'empare avidement !

Soudain, la jeune crâette trébuche à cause de talons hauts dont elle a l'air inhabituée ,s'apprête à s'ecraser en bas des marches, et Fire, le premier à réagir , la rattrape juste avant qu'elle ne se brise la nuque !

Aussitôt la grosse dâme accourt , gavant ses clients d'excuses et ,fusillant discrètement du regard sa petite employée , tente d'expliquer qu'elle est nouvelle dans la maison et qu'on la nomme Jiji , tandis qu'ils prennent la chose avec humour :


"Fire j'ai l'impression que ton choix est fait !"

_Pour une première fois tu te refuses rien !

Ne les écoutant qu'à moitié , absorbé par les deux yeux de sa jeune hôtesse qui se relève maladroitement , Fire se laisse accompagner et monte les marches jusqu'à un long corridor et le couple d'un soir passe une porte comportant le chiffre 7 ...

Ce regard qu'elle lui porte alors qu'elle s'allonge sur le lit n'est pas celui de la Pioute ne demandant qu'à dépuceler son niais client , mais plûtot celui d'un Chacha que l'on s'apprêterait à battre . Le crâ ne se dévêtis alors pas et peut alors distinguer une larme perlant sur la joue de cette crâ que nous pouvons désormais appeler Jiji . Il s'assied alors à ses côtés sur le lit en lui faisant part de sa différence évidente par rapport aux autres , et du souci de constater qu'elle n'a probablement pas choisi d'être ce qu'elle est . Ouvrant de grands, yeux , elle lui fait comprendre par ce regard qu'il a mis le doigt dessus !

Jiji est la fille d'un mineur Amaknéen et d'une femme au foyer tombant peu à peu dans la précarité à cause de la surexploitation des mines , de plus en plus envahies par les aventuriers s'improvisant prospecteurs , et s'endettant de plus en plus auprès d'un créancier sans scrupules surnommé Mr.Bill . Las d'être payé en délais incessants et en promesses de trouver de l'or au fond de la mère d'Asse , il décide une bonne fois pour toutes de forcer la main du couple , qui n'a alors qu'une chose précieuse , et Mr.Bill sait de laquelle il s'agit et l'emporte alors pour une poignée de clous rouillés : les malheureux parents viennent de lui vendre leur fille !

Jiji appartient désormais à Mr.Bill, elle doit travailler pour payer les dettes de ses incompétents de parents , or Mr.Bill a déjà un projet pour elle : sa grosse femme tient un établissement véreux caché quelque part dans les égouts de Brakmar ....



Jiji raconte tout celà à son "client" avec le même regard intense , si bien que le crâ va jusqu'à lui demander s'il peut faire quoi que ce soit pour la sortir de ce calvaire , mais, pour elle, la seule solution serait de la racheter à Mr.Bill, qui en exigerait probablement trois fois la fortune du roi Allister . Soudain un son de cloche se fait entendre : il est temps pour Fire et sa troupe de se retirer . Tandis que , dans les rues de Brakmar, sept soldats se vantent de leurs exploits charnels d'un soir , un huitième affiche un faible sourire , comme une jeune crâ au milieu de sept autres filles .......



















_________________


Dernière édition par Jc-fire le Dim 2 Déc - 17:51, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lerig

avatar

Masculin
Nombre de messages : 807
Age : 23
Classe : Ch'est mal
Métier(s) : Te clash
Niveau : 0,3
Date d'inscription : 28/01/2012

MessageSujet: Re: Fire : la chute   Jeu 6 Sep - 21:04

1 mois plus tard


Fire est passé toutes les semaines à Brakmar rendre visite à Jiji, grâce aux kamas qu'il avait grapillés par-ci par-là. Il n'avait jamaisencore osé la toucher de quelque manière que ce soit malgré son droit d'en disposer pleinement , jusqu'à ce baiser qu'ils echangèrent la troisième , puis, la quatrième et dernière semaine, quelques rituels intimes plus typiques de l'endroit où la jeune craêtte travaille ....

Et , le 28 Flovor 640, Jiji prétexte un mal de tête tenace pour avoir l'autorisation exceptionelle de sortir de la maison close et consulter un Eniripsa . Accompagnée du cybwork , elle arpente les rues de Brakmar, et soudain une silhouette encapuchonée leur barre le chemin . Celle-ci envoie avec une rare précision un pot de gelée en plein dans l'oeil mecanique du cybwork, le rendant temporairement aveugle !

la silhouette enlève alors sa capuche, et ce n'est autre que Fire ! Le reconnaissant, Jiji lui saute dans les bras et, après un court baiser, le crâ lui fait remarquer à la vue du cybwork se débattant qu'il est temps de se hâter !

Quand le cybwork parvient enfin à dégager toute la gelée s'etant collée sur son oeil factice, le couple a disparu !

Pendant plusieurs mois, les deux amants vivent dans une auberge de Bonta où tout est pour le mieux dans la meilleure des villes et, le 23 Descendre 640 , Jiji se plaint de maux de têtes , de ventre et de vertiges . Fire la conduit chez un médecin Eniripsa puis se rend au quartier des Bijoutiers : il décrit alors son aimée à un artisan et lui demande de faire son portrait dans un médaillon en or .

Le lendemain matin, alors que Jiji est à sa coiffeuse, le crâ lui passe le médaillon autour du cou , et, le regard intense, lui avoue la raison de sa "maladie passagère" d'hier : elle est enceinte de deux mois !


Fire la couvre alors de baisers et sort dans la rue sous la nuit étoilée exprimer une joie sans non en criant aussi fort qu'il eut , si bien que les voisins appellent les gardes et le crâ savoure finalement la nouvelle au poste de milice !

Un jour de Septendre 641

L'horloge imaginaire indiquant la date de l'heureux evenement peut se lire sur le ventre de Jiji , aux anges . Fire s'est absenté pour une "course à faire" qui est en fait une seconde visite au quartier des bijoutiers pour y chercher une magnifique bague : c'est décidé, aujourd'hui il la demande en mariage à la meilleure taverne de Bonta !

Pendant ce temps là, à l'auberge, Jiji prend les plus belles toilettes que son amant lui a offertes, et entend quelqu'un frapper à la porte de la chambre .

Elle ouvre, et soudain son sang se glace : Mr.Bill lui fait face . Il l'a retrouvée .Il voit son ventre. Elle l'a trahi. Elle ne mérite qu'une chose: la mort . Mr.Bill sort un gourdin et lui porte un coup en plein visage, puis un deuxième ,puis un troisième...du sang commence à maculer sur le sol...

"NON"!!!

Fire se jette comme un Mulou dévoré par la rage sur Mr.Bill en lui plantant une dague dans le dos . Après lui avoir tranché la gorge d'un coup sec , il commence à s'acharner sur sa victime avec un rire mauvais. Ce jour là quelque chose a changé à l'interieur de Fire. Quelque chose s'est, comme qui dirait, cassé !Tandis que Mr.Bill n'est plus qu'une masse de chair informe sur le sol , Fire,couvert de sang, se précipite vers Jiji gémissant . Il ne peut quérir l'aide d'un medecin ici : ils vont découvrir le mort !

Il prend sa bien-aimée inanimée dans ses bras et sort dans la rue en criant à l'aide . Il s'effondre alors au milieu de la rue, et un groupe de miliciens le trouve,sanglotant, souillé de sang frais et avec une jeune femme enceinte gravement blessée dans les bras.

Ils sont alors immédiatement emmenés dans le quartier des alchimistes où se trouvent les Eniripsas les plus compétents. Jiji est aussitôt mise dans un lit au milieu d'un attroupement d'infirmiers vetus de capes blanches avec une croix rouge en son centre ,tandis que d'autres tentent tant bien que mal de calmer Fire . Mais les nouvelles n'ont pas de bonnes raisons d'apaiser le désespoir de celui-ci : les blessures de Jiji sont bien trop graves, désormais la priorité est de sauver le bébé .

Toute la nuit le crâ tient la main de son aimée tandis que les infirmiers s'affairent autour du nourrisson en piteux etat, mais pouvant vivre .Après avoir puisé dans ses dernières forces pour enlever de son cou le medaillon que Fire lui avait offert pour le mettre dans la main de celui-ci, Jiji s'eteint quelques minutes après l'accouchement , tandis que Fire , terrassé par le chagrin, semble perdre la raison, si bien qu'il doit être maitrisé à plusieurs reprises par les gardes .

Il sort de l'hospice sous une pluie battante, se laisse tomber dans la boue et regarde ses mains: l'une tient le médaillon de Jiji, l'autre le petit ecrin contenant la bague . Il est désormais seul, rongé par le chagrin et la folie...



De nos jours

Fire détache finalement son regard du médaillon et de la bague à son annulaire et aperçoit un paquet trainant dans la poussière de la chambre .Il le ramasse, l'ouvre , et y découvre un petit objet ressemblant à une petite baguette de pain d'une dizaine de centimètres : il s'agit d'herbes séchées enroulées dans une grande feuille, le tout tenu par un petit anneau de papier.

Le crâ s'en empare , porte une extremité à ses lèvres, allume l'autre à l'aide d'une de ses flèches de feu , puis inspire, pour ensuite souffler un epais nuage de fumée s'elevant dans la pièce ...



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Fire : la chute   

Revenir en haut Aller en bas
 

Fire : la chute

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La chute d'arthas (spoil)
» Premium Deck Series: Fire & Lightning
» la chute de Medusa V
» Nouvelles regles escarmouche : Rate of Fire
» [NIE] Silver Chute Spider

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poison Prince :: Guilde sur Raval - DOFUS :: • Salon Public :: ♦ Archives-