AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  
Lien du forum des Pasouvenla : par ici !
/!/ IMPORTANT : Plus d'informations sur la fermeture de Poison Prince : par ici !

Partagez | .
 

 Poison Prince :: Origines

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ifreann

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1575
Age : 23
Classe : Fécafatagueule.
Métier(s) : Corijeuz de fote
Niveau : 666
Date d'inscription : 03/02/2007

MessageSujet: Poison Prince :: Origines   Mar 19 Avr - 18:25


    Origines :: Prologue « Mission en binôme »

Kayn montait les marches en bois grinçantes quatre à quatre, pressée. Elle avait été appelée, tôt dans la matinée, par les hauts gradés de Bonta. Impatiente de savoir ce qu’ils leur voulaient, elle s’était rapidement préparée et s’était présentée au plus vite à la milice de la ville blanche, là où on lui avait dit de se rendre. Elle se sentait excitée à l’idée qu’une nouvelle chose vienne perturber son quotidien trop monotone, mais elle redoutait à la fois ce rendez-vous. Et si jamais ils lui annonçaient une mauvaise nouvelle… Une peur soudaine la saisit, mais, serrant les poings, elle continua de marcher jusqu’à la fin du couloir étrangement sombre, pour atteindre l’épaisse et grande porte en bois. La disciple de Feca inspira profondément, puis toqua trois fois. Le silence qui suivit son action la fit frissonner. Un homme, grand, fort et armé vint alors lui ouvrir, la regardant de la tête au pied, avant de l’inviter à rentrer.
La salle dans laquelle elle se trouvait était plutôt petite, sombre. Des torches accrochées aux murs noircis par les flammes donnaient une chaleur réconfortante. Il n’y avait aucune fenêtre, et Kayn associa alors ce lieu à la prison de Brâkmar dans laquelle elle avait malheureusement séjourné plus d’une fois… Des gardes entouraient un bureau, au fond de la salle, et derrière ce bureau se tenait un disciple de Iop, mains dans le dos, l’air paisible. Un commandant, certainement, à la vue de son uniforme, de son attitude, et de la simple place qu’il occupait dans la pièce.

« Vous avez fait bien vite Kayna Ifreann… »

Et ce fut la seule phrase qu’il prononça, laissant son interlocutrice étonnée et pleine de questions. Qu’attendait-on ? Quel était son rôle ici, en fin de compte ? Un sentiment d’impatience la saisit, mais par pur respect, elle ne laissa rien paraître de ce qu’elle ressentait, et plongea ses mains dans les poches de son short gris.
Elle fut bien vite retirée de ses réflexions lorsqu’on toqua à la porte. Cette dernière s’ouvrit alors brutalement, laissant entrer dans le bureau une personne essoufflée. Tout le monde s’était retourné pour regarder le nouveau venu qui, plié en deux et appuyant ses mains sur ses cuisses, reprenait son souffle. Alors, il leva les yeux et scruta l’endroit… Il ?!

« Vous êtes un peu en retard, Shane. »

Kayn posa un regard surpris sur ladite Shane, observant ses moindres détails de la tête au pied. Des cheveux châtain foncé courts et en bataille, des yeux bleu ciel, des grandes oreilles pointues, des longues mitaines noires, un débardeur de la même couleur, une grosse ceinture ornée d’une emprunte d’animal au centre, une jupe à carreaux noire et rouge, et des petites bottes… En passant par la queue de démon. Pas de doutes, il s’agissait ici d’une disciple d’Osamodas, certes, bien originale, mais s’en était quand même une. Lorsque la Fecatte rencontra pour la deuxième fois le regard de la retardataire, elle comprit qu’elle aussi l’avait toisée, et elle continuait à la fixer, la bouche entrouverte et haletante.

« Bon, si vous voulez bien… »

Kayn et Shane détournèrent leur regard vers le commandant Iop, qui tenait dans sa main un parchemin déroulé, auquel il jetait un regard. Il expliqua alors :

« Ce papier contient de nombreuses explications au sujet d’une mission qui nous a été demandé d’accomplir, il y a quelques jours. En tenant compte de vos projets et de vos points forts, je me suis dit que cette mission pouvait vous convenir. »

Il enroula alors très rapidement le parchemin qu’il tendit. Alors que Kayn, le touchant du bout de ses doigts, allait s’en emparer, il fut arraché par une main vive, celle de Shane, qui s’était redressée. Détail qui vexa encore plus la jeune Fecatte, l’Osamodette la fixait avec un air taquin… Mais Kayn était plus imposante qu’elle, qui, à coté, était plutôt frêle. Chacun son avantage : rira bien qui rira le dernier ! Elle se le jura et, résignée, elle regarda par-dessus l’épaule de Shane pour tenter de lire si ce n’était qu’un fragment de ce que contenait l’acte de mission. Alors, la voix claire et espiègle de l’invocatrice s’éleva, à l’attention du commandant :

« Et quels sont nos différents rôles dans cette mission ? »

Observant les deux jeunes femmes qui se toisaient, le commandant sembla hésiter un moment à prononcer sa phrase, et après avoir lâché un soupir, il expliqua :

« Vous avez le même. Vous travaillerez en binôme… Kayn saura défendre en cas de danger, et toi, Shane, tu sauras tromper les ennemis avec tes invocations. Tu sauras bien assez tôt quels ennemis. »

Les deux jeunes Bontariennes semblèrent figées à cet instant même. Ce n’était pas le fait de faire face à un ennemi dont elles ne connaissaient rien, mais surtout de travailler ensemble, leurs premières impressions l’une sur l’autre étant plutôt mauvaises. Pourtant, elles acquiescèrent, sans même demander à en savoir plus. La seule chose qu’elles voulaient toutes deux, c’était de se surpasser, pour prouver qui était la meilleure et qui aurait le droit à la meilleure récompense…

    # Quartier Nord de Bonta, à la tombée de la nuit.


On leur avait confié pour la durée de la mission les clés d’une maison appartenant aux supérieurs Bontariens, une maison inhabitée et qui comptait être revendue. Elle était plutôt spacieuse, assez pour que les deux rivales ne se trouvent pas dans la même pièce au même moment. Un silence de mort s’était installé entre elles depuis leur sortie du bureau du commandant, Shane serrant le parchemin entre sa main, et Kayn étreignant la corde tressée qui lui servait à porter son sac en bandoulière.
Lorsqu’elles rentrèrent dans la bâtisse, elles prirent leurs repères, visitant chacune de leur côté les différentes pièces, et une fois ceci fait, elles se posèrent chacune dans la chambre qu’elles avaient choisi. Au rez-de-chaussée, seule l’horloge et ses « tic-tac » recouvrait le silence. Shane, assise sur son lit, et appuyée contre son oreiller, avait sorti un épais bouquin et s’était attelée à sa lecture. Kayn, quant à elle, tournait en rond dans sa chambre, jetant de temps en temps des coups d’œil par la fenêtre, comme si elle attendait que quelque chose se passe dans la rue pour pouvoir trouver une occupation. Mais le soleil s’était déjà caché derrière l’horizon, et Bonta était quasi endormie. La jeune femme soupira, et s’assit sur son lit, la tête baissée et les mains posées sur les cuisses.
Devait-elle aller voir Shane pour prendre un nouveau départ, et pour mener une mission un peu plus conviviale ? Elle était partagée entre le fait de laisser l’Osamodette prendre elle-même cette initiative, ou d’y aller. Elle interrogea alors Ifreann, puisqu’elle était la seule, actuellement, à pouvoir la conseiller.

« Je fais quoi ? murmura Kayn en prenant sa tête entre ses mains, repliée sur elle-même.
- Bah rien, tu la laisses venir, c’est ELLE qui a commencé, t’as vu comment elle t’a regardé ? Elle te cherche, pour sûr ! répondit une voix dans sa tête.
- Et si elle ne vient pas ?
- Elle viendra, j’en suis presque sûre. T’manière, elle a b’soin de ton aide, alors si elle te parle, c’est aussi par la force des choses !
- Peut-être… »


Un rire étouffé derrière la porte de sa chambre lui fit relever la tête, et instinctivement, elle s’y précipita pour l’ouvrir violemment : à son grand désespoir, elle ne vit rien. Avant de refermer la porte derrière elle, Kayna jeta un coup d’œil aux alentours pour bien vérifier, mais toujours rien. Une fois que le claquement retentit, l’invocatrice se redressa, tapie contre les marches de l’escalier qui menaient au rez-de-chaussée, et observa l’endroit où se tenait Kayn quelques secondes auparavant avec un sourire amusé.

« … Et elle parle toute seule. Ca promet… »

Et elle partit se coucher, en pensant que demain serait un jour des plus remplis de surprises, un sourire aux lèvres…

    # Le lendemain matin, de très bonne heure.


Kayn, haletante, courait depuis des minutes. Peut-être même des heures. Elle ne pouvait plus continuer, et pourtant, elle repoussait ses limites, la bouche ouverte et le visage pâle. Incapable d’en faire plus, et, s’arrêtant brutalement, elle inspira longuement et expira de la même manière, les yeux fermés. Son cœur battait la chamade, mais il ralentit un peu… Jusqu’à ce que le sol se mette à trembler, et qu’un bruit de pas rapides et puissants atteigne ses oreilles. Ils revenaient… Ils revenaient ! Kayn regarda au loin, tremblante et craintive… Et alors, d’indénombrables bestioles poilues et rapides foncèrent sur elle, prêtes à sauter dessus. Becs ouverts, les tofus vinrent la plaquer au sol et la picoter partout, et la jeune fecatte se débattait, criant, tentant d’émerger de cette vague jaune. Et alors, une ombre géante s’abattit sur le groupe, et tous les tofus, apeurés, se dispersèrent, et disparurent comme par magie. Cette ombre avait des cornes, et on aurait dit qu’elle allait écraser Kayn…

« Kayn ! Bordel Kayn réveille-toi… REVEILLE-TOI ! »

Shane, perchée au dessus de Kayn, et lui donnant quelques petites baffes pour la réveiller, continuait de l’appeler afin de la sortir de son sommeil. Alors, la jeune Fecatte entrouvrit un œil, encore dans un demi-sommeil.

« Heiiiin ?...
- Idiote ! On doit partir ! Arrête de roupiller ! »


Sans plus attendre, l’invocatrice la tira du lit, et Kayn s’écrasa lamentablement sur le sol, lasse. La face contre le parquet, et les bras le long de son corps, elle resta là, et au bout de quelques secondes, laissa échapper un long « aïe » censé exprimer sa douleur. Shane voulut l’achever de coups de pieds bien placés, mais elle ne laissa échapper qu’un long soupir d’exaspération et fut contrainte de l’aider à se relever.

Shane en bava, mais elle réussit tout de même à réveiller entièrement Kayn qui se rendit alors compte qu’elle passait pour une imbécile. Les deux jeunes femmes couraient dans tous les sens, préparant tout ce qu’il y avait à prendre pour leur excursion, et refaisaient toutes les pièces afin de vérifier qu’elles n’oubliaient rien d’important. Parfois, elles se croisaient, et, dans le feu de l’action, maladroites et pressées par le temps, ne faisaient pas attention et se cognaient dedans. Les altercations qui suivaient les retardaient alors encore plus. Elles s’étaient levées à 5 heures, et à 9 heures, elles étaient à peine prêtes.
Elles sortirent enfin dans la grande rue de Bonta à 9 heures et 15 minutes. Le Soleil éclairait déjà le quartier, et la matinée s’annonçait chaude. La jeune Osamodette, un grand sourire illuminant son visage, ouvrait la marche, sautillant avec grâce, légère, impatiente de commencer sa mission. Un tofu tournait autour d’elle et piaillait joyeusement, comme si il comprenait l’enthousiasme de sa maîtresse. Shane portait sur une épaule un petit sac dans lequel il y avait de la nourriture… Et derrière se traînait Kayn, trois gros sacs sur le dos comportant des armes, des potions, des provisions pour les montures et les familiers ainsi que d’autres objets qui pouvaient toujours servir. Elle ruminait dans son coin, insultait Shane en silence et avançait en trainant des pieds, vexée. Elle ne servait qu’à trimbaler tout ce dont madame l’invocatrice avait besoin.



Dernière édition par Ifreann le Mar 20 Mar - 20:50, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ifreann

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1575
Age : 23
Classe : Fécafatagueule.
Métier(s) : Corijeuz de fote
Niveau : 666
Date d'inscription : 03/02/2007

MessageSujet: Re: Poison Prince :: Origines   Mar 19 Avr - 18:26

« Et c’est ainsi que tout débuta. Nous devions marcher jusqu’au Sud d’Amakna, à destination de la presqu’île des Dragoeufs, afin d’y mener notre mission : nous étions chargées de récupérer des échantillons de sang de chaque espèce de Dragoeuf. Pourquoi ? Nous n’en savions rien, et à la limite, ça ne nous regardait pas. La seule chose qui nous intéressait à ce moment-là, c’était de terminer ce travail rapidement et efficacement et de retourner à Bonta afin de toucher la récompense promise. Sur la route, nous avons fait la rencontre d’une joyeuse vagabonde bavarde dénommée Nyniel qui nous a suivies dans notre quête.

Nous sommes, à vrai dire, restées plus longtemps que prévu… Enfin, ce ne serait pas arrivé si Shane n’était pas tombée dans le trou du parquet de cette maison et si elle n’avait pas eu la merveilleuse idée de m’emporter avec elle… Elle m’a soutenue plusieurs fois que ce n’était pas sa faute, qu’elle n’avait pas glissé, mais que quelqu’un avait attrapé sa jambe. Au début, je ne la croyais pas… Finalement, je me souviens que nous sommes atterries toutes les trois – Nyniel étant contrainte de nous suivre – devant la porte d’une espèce de sanctuaire souterrain, gardé par deux grands Dragoeufs armés, qui nous ont tout de suite attrapés. Visiblement, nous étions un grand danger pour eux, et ils n’avaient pas tout à fait tord. En attendant, c’était à nous de nous faire du souci…

Je me rappelle que les deux créatures nous ont emmenées dans le sanctuaire. La façon de nous traiter, si anormale venant de bestioles barbares et idiotes, m’avait assez perturbée sur le coup. La décoration du lieu aussi était surprenante, à croire que la personne qui habitait ici avait réussi à élever une armée intelligente de Dragoeufs et s’était approprié la presqu’île… En réalité, nous avons découvert que cet endroit était habité par Poïzan, un descendant caché du fameux Crocabulia, qui ne nous a pas franchement bien accueillies. Il détruisit tous les échantillons que nous avions si difficilement prélevés ces derniers jours avant de nous marquer, lacérant nos épaules de ses griffes, y laissant un étrange sigle. Et c’est ainsi, tordues de douleur, que nous avons été envoyées dans de vieilles geôles sombres et puantes pendant plusieurs jours de suite. « Pour épurer vos esprits et nettoyer vos armes », nous a déclaré Poïzan, l’air solennel.

Jugeant que notre captivité devait toucher à sa fin, le prétendu Prince décida de nous libérer. Il nous adressa un avertissement avant de nous laisser partir, qui sonnait un peu comme : « si vous avez le malheur de retoucher à l’un de mes confrères, vos lames se retourneront contre vous ». Nous avons tout simplement acquiescé, la seule chose nous intéressant réellement étant de revoir la lumière.

Shane et moi rentrâmes bredouilles à Bonta. Avec du recul, je regrette d’avoir raconté toute l’histoire aux dirigeants Bontariens, qui n’eurent pour seule réaction que d’envoyer son armée dévaster l’île. La raison de leurs actes n’était sûrement pas nos blessures et notre captivité, et je l’ai compris en surprenant une discussion entre deux soldats – ceux qui étaient d’ailleurs chargés de nous surveiller le temps que l’armée ait fini son épuration sur la presqu’île : une rumeur courait, racontant que les hauts placés souhaitaient faire des expériences sur des cobayes humains. Leur but ? Ils espéraient qu’en mélangeant l’ADN d’un Dragoeuf avec un ADN humain, ils obtiendraient un homme doté de capacités physiques hors normes… Afin d’augmenter leurs chances de vaincre Brâkmar.

Ces jours de garde à vue furent extrêmement douloureux ; des cauchemars sanglants s’emparaient de moi la nuit, et le jour c’était des cris et implorations qui résonnaient sans cesse dans ma tête. Cela se calma lorsque les soldats bontariens revinrent à la cité ; les seules choses que je parvenais encore à entendre, c’étaient des gémissements et des sanglots. C’est à ce moment-là que j’ai compris que la marque que Poïzan nous avait laissée sur l’épaule était une sorte de malédiction, nous reliant, ou pire, nous intégrant au peuple des Dragoeufs.

Lorsque notre garde à vue cessa, Shane et moi nous rendîmes chez Nyniel afin d’éclaircir cette histoire : et effectivement, en plus d’être présente lors du massacre incompréhensible, elle avait subi la même horreur que nous. Elle nous expliqua qu’après le départ de l’armée, elle s’était rendue dans le sanctuaire de Poïzan, où elle ne trouva rien ni personne à part une étrange petite pierre violette. Nous formâmes alors un petit trio de recherche et étudiâmes la trouvaille durant plusieurs mois, dans le plus grand secret. Son utilité, nous la connaissons désormais, mais nous le gardons pour nous. Nous avons longtemps travaillé suite à cela, notamment sur les Dragoeufs survivants, mais en les laissant bien entendu sains et saufs.

Le groupe et les recherches ont fini par tomber à l’eau lors de la disparition subite de Nyniel. Depuis, nous n’avons plus eu signe de vie de cette brave Sacrieuse et nous avons tout laissé tel quel. A vrai dire, nous ne savons pas dans quel état se trouve nos études, maintenant...

Ce fut donc dans cette période là que, à sa mémoire et à celle de notre aventure, Shane et moi avons fondé la guilde, adoptant le nom du Prince Poïzan pour le changer en Poison Prince. »
    # Témoignage de Kayn.

_________________

Le Chant des Mutsous


Dernière édition par Ifreann le Mer 21 Mar - 18:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ifreann

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1575
Age : 23
Classe : Fécafatagueule.
Métier(s) : Corijeuz de fote
Niveau : 666
Date d'inscription : 03/02/2007

MessageSujet: Re: Poison Prince :: Origines   Mer 21 Mar - 18:04


  • An 641 : Kayn confie Poison Prince à Ifreann qui tente tant bien que mal d'accomplir correctement ses tâches de meneuse.

  • An 642 : La guilde se retrouve sans meneur suite à la disparition d'Ifreann. Les membres décident de reprendre en main Poison Prince, élisant alors Andora à la tête de la guilde.

  • An 643 : Ifreann reprend de main ferme Poison Prince, décidant alors de retaper tous les locaux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Poison Prince :: Origines   

Revenir en haut Aller en bas
 

Poison Prince :: Origines

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Draft MTGO SoM] BG poison
» A la recherche de ses origines(libre)
» [SoM] UG Poison
» [DES ORIGINES DE L'ESCRIME] par Wulfen
» [achat] 2x anti poison + recherche forgeron maudit

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poison Prince :: Guilde sur Raval - DOFUS :: • Salon Public :: ♦ Archives-